Nouveau Kindle avec une couverture solaire ?

logo amazonS’il faut patienter encore quelques jours pour avoir toutes les informations sur la nouvelle liseuse Kindle qui sera présentée la semaine prochaine, les dernières rumeurs annoncent une couverture capable de recharger la liseuse avec l’énergie solaire.

> Voir : Kindle Oasis chez Amazon.fr

C’est l’une des tendances inattendue de cette année 2016 : la recharge d’appareils par l’énergie solaire.

Ainsi, c’est Bookeen qui a ouvert le bal avec son système pour liseuse Cybook qui permet de bénéficier du soleil pour recharger la batterie de la liseuse. Ce système « Sunpartner » ne sera pourtant pas disponible avant cet été (lire ici).

Bookeen Cybook Sunpartner solaire

Bookeen : housse solaire SunPartner

Toute porte à croire que, malgré une longueur d’avance, Bookeen se fasse couper l’herbe sous les pieds par Amazon qui pourrait dégainer sa nouvelle liseuse solaire plus rapidement !

Une protection qui recharge votre batterie

Dans les deux cas (Kindle comme Bookeen), le principe sera le même : il s’agit d’une housse de protection qui permettra à la fois de protéger votre liseuse des coups, mais aussi d’utiliser les rayons du soleil pour recharger la batterie.

Pour le moment, nous ne savons pas si ce type de dispositif nous permettra de nous passer d’une prise de courant pour recharger la liseuse.

Mais tout porte à croire que la batterie sera sensiblement améliorée par ce système.

La housse disponible séparément

L’autre surprise c’est qu’il sera possible d’acquérir cette housse de protection séparément sans la liseuse.

On peut donc supposer qu’il s’agit d’un modèle (ou de plusieurs) qui pourront aussi s’adapter sur les liseuses Amazon actuelles : Kindle, Kindle Paperwhite ou Kindle Voyage.

> A Voir : toutes les liseuses Kindle du moment

Des accessoires déjà disponibles

batterie solaireCertes, il s’agit d’une innovation intéressante. Mais les gens intéressés par un tel système peuvent déjà se procurer des accessoires universels qui pourront recharger leur smartphone, leur liseuse ou tout autre appareil à l’aide de l’énergie solaire.

On trouve, par exemple, des batteries qui se rechargent à l’énergie solaire pour moins de 15 euros sur le site marchand Amazon (cliquez ici).

> A Voir : batterie solaire à partir de 12,99€ chez Amazon

Ce type de batterie se recharge grâce au soleil et on a plus qu’à brancher son appareil via un câble USB pour profiter de l’énergie.

L’avantage du système de Bookeen ou d’Amazon c’est que la cellule solaire épouse parfaitement les contours de la liseuse. Ainsi, l’accessoire se fait oublier et ressemble à s’y méprendre à un simple étui de protection.

Espérons donc que la rumeur s’avère juste et que ce type de dispositif solaire se démocratise sur nos liseuses dans les mois à venir.

Nous en saurons plus dans le courant de la semaine prochaine, lorsque Amazon aura annoncé les spécifications techniques de sa nouvelle liseuse qui devrait remplacer la Kindle Voyage.

Source : GoodEReader.

6 réflexions au sujet de « Nouveau Kindle avec une couverture solaire ? »

  1. Le , dedalus a dit :

    Couverture solaire ? Pour moi SANS INTÉRÊT !
    Est-il bien nécessaire d’argumenter ?
    Allez, pour faire bref (enfin, relativement bref) :
    Justification technique ? Taux de recharge ridicule : 1h. pour gagner quoi ? 1 journée d’autonomie…pfff
    Fiabilité ? Exposition au soleil (1) ou lumière ambiante ? Si (1), plus la température de la batterie est élevée moindre est sa durée de vie (la plupart du temps, la batterie de mon PC portable est…dans mon frigo). Ainsi ce qui est supposé ici être un avantage pratique, couple couverture-liseuse, induit la proximité cellules photovoltaïques/batterie, donc l’inconvénient d’une surchauffe avec ses conséquences ; les rayons UV fragilisent aussi l’appareil et la coque risque de brûler les doigts (expérience vécue d’un investissement non amorti dans une montre de plongée dont le pourtour du cadran était muni de cellules photovoltaïques sensées prolonger l’autonomie de la pile).
    Justification marketing ? Combien de vacanciers partent trois semaines en congés, avec une liseuse et sans être, ne serait-ce qu’un seul jour, à proximité d’une prise de courant ?
    Justification écologique ? produire et recycler des cellules photovoltaïques n’est pas neutre
    Justification économique ? On a déjà connu des bulles boursières et je suis convaincu qu’un jour éclatera « la bulle verte » provoquée par des « sauveteurs de la planète » auto-proclamés avec le consentement d’idiots utiles.
    .

    • Le , Nicolas a dit :

      Merci pour ce commentaire.
      Justement je parlais du côté écologique avec un ami hier :
      – recyclage des cellules : il semble que cela peut se faire
      – son argument : « du moment que j’utilise pas de nucléaire »

      De mon côté, je suis parfois surpris au milieu de la lecture d’un livre par le message « batterie faible » de ma liseuse. C’est assez frustrant. J’espère donc simplement voir ce message moins souvent avec un dispositif de rechargement solaire.

      Pour votre cas, il semble qu’il sera possible d’acheter une Kindle « simple » sans le système solaire ;)

  2. Le , dedalus a dit :

    Toutes les objections sont bienvenues à conditions qu’elles soient étayées d’arguments solides et citent des sources fiables. « […] un ami hier […] il semble que cela peut se faire […] son argument (sic !) du moment que j’utilise pas de nucléaire ». Vous espérer nourrir le débat avec ça !? Votre « ami », qui est manifestement un militant anti-nucléaire patenté, ignore que l’énergie consommée pour PRODUIRE et RECYCLER des cellules photovoltaïques est d’origine…NUCLÉAIRE ! Par ailleurs, nos contemporains égocentriques sont obnibulés par leurs statistiques personnelles. Au grand bonheur du business sports-écologie-santé, des incrédules croient aveuglément à des mesures souvent douteuses fournies par une pléthore d’appareils éléctroniques onéreux : balances connectées, bracelets d’activités, etc. Je suppose que vous rechargez votre smartphone quotidiennement et n’oubliez pas de vous brosser les dents au moins deux fois par jour (avec peut-être une brosse électrique qui se recharge sur son socle). Je pourrais multiplier les exemples où dans votre vie privée et/ou professionnelle vous êtes amené à plannifier, anticiper, gérer. Une liseuse affiche aussi une jauge d’autonomie. Et malgré tout ce qui précède vous vous faites piéger comme un bleu et vous employez un terme de la psychanalyse pour définir votre souffrance : la frustration ! Comme je vous plains !
    Pour redevenir sérieux, je pense que la piste de PAC (pile à combustible) ou fuel cell en anglais est plus intéressante (des exemples ont dépassé le stade du prototype et les recherches en nanotechnologies sont prometteuses). Mais là encore, l’hydrogène n’est qu’un vecteur et non une source d’énergie et pour l’isoler il faut de l’énergie majoritairement d’origine […] Je vous laisse combler l’espace entre crochets…

    • Le , dedalus a dit :

      Pardon pour les coquilles (fautes d’orthographe) constatées après relecture

    • Le , Nicolas a dit :

      J’ai transmis à mon ami qui était énervé :) Je crois qu’il va venir commenter…

      Plus sérieusement, je comprends rien à vos histoires d’écologies c’est pourquoi mes sources ne sont pas « fiables ». J’ai juste noté des affirmations comme vous dans votre message.

      Mais si on revient au début, l’énergie solaire pour les liseuses c’est vraiment MAL ???

      • Le , dedalus a dit :

        Peut-on construire une amitié durable et faire de l’écologie responsable avec des personnes qui perdent leurs nerfs au moindre désaccord ? Je vous défie de me démontrer que je suis moins écologique que vous en gérant correctement l’autonomie d’une liseuse pour ne pas être pris de court plutôt qu’en achetant un accessoire (un gadget en l’état actuel devrais-je écrire). On prête à Georges Clémenceau cette saillie parmi d’autres : « La guerre est une chose trop [grave|sérieuse] pour la confier à des militaires ». Je nuancerai cette affirmation en ajoutant « uniquement » car la guerre, hélas, nécessite des compétences spécifiques, d’une part, et certains politiciens s’avèrent aussi des va-t-en-guerre qui se défaussent ensuite sur les militaires. Pour revenir à notre objet, on pourrait remplacer les termes « guerre » et « militaires » par « écologie » et « idéologues ou politiciens ». Peut-être votre « ami » est-elle une « amie » qui occupa dans un passé récent la présidence du Poitou-Charentes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *