Liseuse : la révolution que personne ne veut voir

liseuse : ce que personne ne veut voirDix ans après la sortie de la première Kindle (et encore plus depuis la première liseuse), certains refusent de voir l’évidence même. Retour sur une mise au placard du livre numérique organisée méticuleusement

Oui, j’ai encore écrit un article pour râler contre ceux qui ne veulent pas comprendre ce que les liseuses ont apporté à la lecture et à l’édition !

Mais, une récente chronique entendue sur la grande radio RTL m’a fait sauter au plafond. Je devrais avoir l’habitude, mais c’est toujours douloureux…

La chronique de Martial You

kindleAujourd’hui, je ne parlerai pas des chiffres de ventes des ebooks. Pour celles et ceux qui sont intéressés par ce sujet, je pense qu’il a été suffisamment bien traité dans cet article.

Dans la chronique de Martial You, le journaliste explique que, 10 ans après la sortie du premier Kindle, le livre papier est toujours bien présent et peut-être même qu’il aurait tuer la Kindle !

Martial You explique aussi qu’il y a aussi « quelques autres liseuses » qui sont sorties…

Rien que cette affirmation montre à quel point le monsieur s’est bien renseigné. Si vous voulez savoir combien de liseuses sont sorties (on doit pas être loin de la centaine depuis 10 ans en France) et disponibles actuellement, rendez-vous sur cette page.

Le papier s’est sexy

Pire, le journaliste s’enfonce dans une explication sur la relation « intime » qu’on a avec le livre papier pour expliquer pourquoi cela ne séduit pas.

En effet, en France, le livre numérique concerne environ 4 à 5% des ventes (en fonction des estimations).

Pourtant, il explique évidemment que le marché de l’ebook a explosé dans d’autres pays comme les USA. Mais pour Martial You, la France c’est le bon goût forcément, bien que tout ceci ne soit pas très clair non plus en écoutant la chronique…

Je suis tombé de ma chaise lorsqu’il annonce que le livre est plus mobile que la liseuse et qu’il possède tous les attributs du smartphone. Mais, on lit aussi des ebooks sur smartphone, donc le smartphone serait un meilleur support que le papier ?

Par la suite, on n’évite aucun poncif du style « l’ipad a phagocyté la liseuse« , le livre c’est mieux que le smartphone, etc. Si vous voulez mourir de rire, allez écouter ces 4 minutes de merveilles sur le site de la radio.

Après cette belle explication, qui nous a tous fait tirer une larme, il est temps de passer au debriefing.

Martial You n’est pas un mauvais journaliste mais il est aveugle

ce qu'on ne veut pas voir Martial You est quelqu’un de très compétent que j’apprécie beaucoup. Mais, sur le sujet du livre, il y a un biais psychologique qu’il est impossible de franchir.

Car, comment avoir du recul sur quelqu’un chose qui nous fait vivre et dont on espère secrètement qu’il va continuer à exister encore des dizaines ou des centaines d’années ?

Ainsi, les nombreux ouvrages publiés par monsieur You et sa relation avec les éditeurs ne lui permettent sans doute pas d’avoir le recul nécessaire pour expliquer et comprendre clairement la position française dans ce marché compliqué.

Les livres sont disponibles sur Amazon :

Il a été démontré – et avoué par certains professionnels – que la lecture numérique ne décolle pas en France en raison des éditeurs qui font tout ce qui est en leur pouvoir pour bloquer son développement.

> Comment les éditeurs font tout pour empêcher le développement des ebooks en France

Or, il est bien connu qu’on ne doit pas cracher dans la soupe…

Cette révolution qu’on veut cacher : l’auto-édition

wattpad sur tabletteMaintenant, il est étonnant qu’arrivé à quelques jours de l’année 2018, personne n’ai mentionné la vraie révolution apportée par la lecture numérique et par les liseuses : l’auto-édition.

Souvenez-vous, si vous le pouvez, monsieur You, comment il était difficile d’éditer et de publier un ouvrage papier sans éditeur il y a 10 ans.

Il fallait avancer une somme importante d’argent, faire le tour des librairies et convaincre les librairies que votre livre avait sa place sur un présentoir.

Tout cela est maintenant de l’histoire ancienne.

Il y a des milliers d’auteurs français, et des bons, qui peuvent maintenant s’en remettre aux services d’Amazon, Kobo, Wattpad, Youboox (et bien d’autres encore) pour faire connaître leur œuvre et la distribuer auprès des lecteurs.

Et, ça, personne ne semble le voir (sauf les éditeurs qui font tout pour que cela n’arrive jamais évidemment).

Une réflexion au sujet de « Liseuse : la révolution que personne ne veut voir »

  1. Le , Adeline a dit :

    Merci pour ce très bon article !
    J’ai lu aussi récemment que le livre numérique en France, ça n’était pas ça… au contraire, plus ça va, plus je préfère lire des e-books !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *