Liseuses et eReader : déjà un produit du passé ?

Alors comme ça les gens ne liront bientôt plus ?Après une croissance spectaculaire ces dernières années et la sortie (en trombe) de produits vraiment innovants en 2012 (voir notre guide d’achat 2012), les constructeurs de liseuses viennent de reboucher les bouteilles de Champagne.

En effet, certains signes laissaient entrevoir un début de gueule de bois sur le marché. D’une part, le plus gros acteurs européens du moment, Amazon, n’a pas anticipé suffisamment la demande pour sa nouvelle machine : la Kindle Paperwhite. Cela peut sembler anecdotique, mais il s’avère – en réalité – qu’Amazon a été surpris par la demande. Pour être clair : Amazon n’a pas pensé vendre autant de machine

Plus curieux, Kobo a été vendu à un géant japonais : Rakuten. Ce dernier a lancé en fanfare les liseuses dans certains pays asiatiques, sans grand succès.

De l’autre côté de l’Atlantique, le leader de l’informatique personnelle, Microsoft, s’associe avec Barnes & Noble pour pousser les liseuses Nook. Au final, aucune Nook est disponible en France, et la marque casse les prix en cette fin d’année.

Aujourd’hui c’est IHS iSuppli Consumer Electronics, un analyste spécialisé dans les produits électronique, qui vient de publier un rapport pas bon du tout pour le marché.

Dans cette publication on y apprend que les livraisons de liseuses vont s’établir à 14,9 millions d’unités pour 2012 alors que les livraisons se sont établies à 23,2 millions en 2011. L’année dernière représente donc pour le moment un pic des livraisons. Pire, les prévisions pour l’année 2013 sont de 10,9 millions soit une contraction de 27 %. Au final, en 2016, seulement 7,1 millions de liseuses (ou eReader) devraient trouver preneur.

Seulement, ces chiffres sont peut-être à prendre avec des pincettes. En effet, il s’agit d’un phénomène inconnu jusqu’alors. Une si forte progression suivie d’un effondrement quasi immédiat a de quoi rendre perplexe nombre de spécialistes de ce type de marché. Ainsi, après une timide apparition en 2006, les ventes de liseuses de livres numériques ont rapidement explosé en passant de 1 million en 2008 à 10,1 millions en 2010. Du jamais vu !

Le « problème » (si l’on peut parler ainsi) des liseuses vient du fait qu’il s’agit d’appareils pratiquement mono-tâche. Elles ne servent qu’à lire des livres numériques. Les consommateurs post-année 2010 remplacent de plus en plus ce type d’appareils par des équivalents multi-tâches, même si ceux-ci sont moins performant pour une tâche données. Ainsi, les navigateurs GPS sont petit à petit remplacés par les smartphones, tout comme les lecteurs MP3.

De la même manière, les tablettes tactiles sont préférées aux liseuses par de plus en plus de consommateurs.

Ainsi, le marché des tablettes est en pleine croissance depuis 2010, année d’apparition de l’iPad – le premier produit convainquant du genre. Les livraisons de tablettes vont être de 120 millions pour 2012 et s’estiment à 340 millions d’unités pour 2016. Une croissance qui peut faire rêver n’importe quel industriel !

Les nombreux usages associés aux tablettes (e-mail, navigation internet, jeux, lecture, vidéo, MP3, etc.) permettent à ces produits, pourtant plus chers, d’éloigner les acheteurs des liseuses qui ne proposent qu’un seul type d’usage.

Pour survivre a cette concurrence féroce, les liseuses devront s’adapter en proposant des appareils toujours moins cher (à l’image du Beagle Txt, une liseuse surprenant à 10€). Toutefois, indique IHS iSuppli, les liseuses ne retrouveront jamais leur aura de 2011

Si cette note finale semble bien pessimiste, il semble évident que nous continueront de lire sur des appareils électroniques. D’une part, plutôt qu’une disparition des liseuses, une convergence entre celles-ci et les tablettes semblent être plus réalistes.

Car, les deux seuls gros inconvénients des tablettes viennent de leur autonomie (qui est ridcule) et de leur confort de lecture. On imagine facilement que ces deux problèmes pourront être résolu – plus ou moins rapidement – par les ingénieurs dans les années à venir. Ainsi, lire avec un confort optimal ne se fera plus uniquement que sur liseuses mais pourra aussi avoir lieu sur une tablette ou un smartphone.

D’ailleurs, certains constructeurs de matériel électronique ont annoncé quelques produits fort prometteurs comme ce smartphone avec encre électronique ou cette liseuse couleur.

Vous pouvez lire cet article (en anglais) sur le site de iSuppli.

7 réflexions au sujet de « Liseuses et eReader : déjà un produit du passé ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *