Les éditeurs devraient tous passer au livre électronique

L’adoption du livre électronique (ou ebook, comme nous l’appellerons parfois dans la suite de cet article) par les lecteurs consommateurs ne fait que commencer. Pourtant, il y a encore des éditeurs qui ne publient pas leurs ouvrages dans ce format numérique.Ainsi, je pense qu’il s’agit d’une grande erreur pour ces éditeurs de ne pas vendre de version numérique de leurs livres.

L’eBook est l’avenir de la publication

Tout d’abord, les perspectives des analystes et des observateurs notent tous que le marché de la lecture numérique est en plein essor : elle ne peut que se développer en même temps que l’offre se développe.

Dans les mois et années à venir, il se vendra de plus en plus d’eBooks. Il est donc nécessaire de rendre disponible les textes et oeuvres dans ce format. Si on n’est pas convaincu par ces informations, alors le choix de laisser votre texte au format papier uniquement est tout à fait logique.

Pourtant voici quelques autres avantages à sortir une version eBook d’un livre en même temps que la version papier.

L’eBook est un meilleur investissement qu’un livre papier (pour un éditeur)

En effet, si j’achète un livre papier je peux le prêter à toute ma famille et à mes amis. Un même exemplaire d’un livre papier peut donc être lu par des dizaines de personnes !

Par contre, on peut difficilement prêter un eBook à un ami. Et votre ami, s’il souhaite lire ce livre, sera obligé de l’acheter lui aussi.

Ensuite, le coût du stockage est beaucoup plus faible pour un eBook. De même, si un livre ne se vend pas autant que prévu, l’éditeur n’aura pas de coût associé à la destruction et au retour des exemplaires restants invendus depuis les librairies.

De même, un livre numérique peut rester accessible (et vendable) pendant des décennies sans avoir à être réimprimé pour supporter la demande.

Autre chose moins courante mais tout aussi importante pour un éditeur : si une erreur se trouve dans un livre papier après son impression. Il faudra détruire l’ensemble des livres et recommencer une nouvelle impression ! Avec un livre numérique, le problème est corrigé beaucoup plus facilement et quelques heures après tout rentre dans l’ordre pour un coût modique.

Le problème du piratage

Les éditeurs sont souvent effrayés par le piratage et prétextent qu’un livre numérique se fera pirater quoi qu’il arrive.

En effet, il est possible de pirater un livre au lieu de l’acheter. Mais, avec la grande disponibilité des livres sur les catalogues en ligne associées aux liseuses (Amazon pour le Kindle, Fnac pour Kobo, Virgin pour le Cybook et bientôt chapitre.com pour Sony), il devient très facile de se procurer un livre en quelques secondes depuis son canapé.

Au contraire, trouver un livre piraté (sur Internet ou chez un proche) est quelque chose de beaucoup plus difficile et surement pas à la porté du premier lecteur venu.

De plus, il semble très difficile de trouver des catalogue de livres numériques piratés en ligne (personnellement je n’en connais aucun).

L’exemple de la sortie du dernier tome des livres Harry Potter parle de lui-même je pense. Le livre a été piraté avant même sa disponibilité dans le commerce. Pourtant le succès a été (massivement) au rendez-vous et les ventes ont été record (comme souvent avec cette série de livre).

Ainsi, et pour ces raisons (non exhaustives) il me semble que les éditeurs qui ne proposent pas de version numérique de leurs livres devraient sérieusement se pencher sur la question tant les bénéfices pourraient être importants pour eux.

Cet article est inspiré par le texte « Why aren’t Publishers Pushing eBooks » du blog An American Editor.

Crédit photo : Zigazou76

5 réflexions au sujet de « Les éditeurs devraient tous passer au livre électronique »

  1. Le , ZITCHE a dit :

    j’ai des romans que j’ai ecrits. quels sont les editeurs des livres electroniques francophone ?
    quels sont les vendeurs et distributeurs de livres electroniques ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *