Le prix trop élevé des ebooks favorise le piratage ?

ebook-pirateL’année 2015 est sans doute l’année du piratage et de sa prise de conscience tellement ce sujet occupe les esprits. Cependant, il semble s’agir avant tout d’un phénomène européen

En effet, les marchés américains (en particulier en Amérique du Nord) sont moins concernés par le piratage. Les chiffres des ventes d’ebooks aux USA donnent 26% des ventes de livres qui sont des ventes au format numérique.

Pour mémoire en France, on est seulement à un peu plus de 6% !

Comme on peut s’y attendre la différence est énorme. Mais elle n’est pas seulement culturelle. La lecture numérique, les liseuses, les smartphone et les tablettes tactiles sont bien implantés et connus en France comme en Europe.

Le vrai problème est connu depuis longtemps : les prix.

Même si on a déjà démontré qu’il est plus rentable d’acheter et de lire numérique (lire ici : la lecture numérique fait économiser de l’argent), psychologiquement le prix d’un livre numérique est encore trop élevé.

Ces conclusions, ce sont les miennes, celles de nombreux lecteurs (tous ?) mais aussi celles de Rüdiger Wischenbart qui vient de les publier dans un billet sur son blog (en anglais).

Rüdiger Wischenbart est un journaliste et un consultant qui travaille notamment sur le Global eBook Report qui publie un nouveau rapport chaque année.

Pour lui le problème du prix ne peut être attribuer qu’aux éditeurs qui fixent en Europe des tarifs trop élevés sur les œuvres numériques.

Or, c’est une mauvais stratégie car la conséquence est double :

  • les gens n’achètent pas car c’est trop cher
  • les gens piratent les ebooks

La tentation du piratage serait moindre (mais pas inexistante aux USA) car l’ebook c’est développé plus rapidement avec des prix plus abordables.

De leur côté, les éditeurs se défendent en invoquant une TVA trop élevée (lire ici).

Clairement, le piratage est un fléau pour toute la profession et la chaîne de valeur su livre. Mais ce phénomène a aussi ses racines quelque part et il est important de comprendre d’où il puise sa force pour mieux le vaincre.

Pour lire un peu plus sur le piratage :

Enfin, je souhaite ajouter les points d’améliorations qui me semblent essentiels pour faire baisser le piratage :

  • baisser le prix des ebooks
  • faciliter l’achat d’ebooks en forçant l’utilisation d’un standard unique comme format de fichier
  • supprimer les DRM (verrous numériques)

Rien qu’avec ces 3 actions simples à mettre en œuvre, la lecture numérique peut progresser rapidement en Europe (et les revenus des éditeurs avec).

7 réflexions au sujet de « Le prix trop élevé des ebooks favorise le piratage ? »

  1. Le , Gilles a dit :

    Rien à rajouter aux 3 arguments de la fin.
    Après, le côté interopérabilité existe avec Calibre, donc à choisir : prix trop élevés et DRM à remplacer par du tatouage numérique simple.

    • Le , Nicolas a dit :

      Oui Calibre est utile, mais ce logiciel est encore loin d’être accessible pour tout le monde… :-(

      • Le , Gilles a dit :

        Je ne dis pas le contraire.
        Mais utiliser Calibre est plus simple que les solutions pour les deux autres problèmes soulevés :
        – enlever les DRM d’un e-book n’est pas à la portée de tous
        – acheter des e-books moins cher idem

        Bref… pas près de s’arrêter le piratage et avec la meilleure vente de livres de 2015 qui arrive (50 Nuances t4), je sens que ça ne va pas non plus diminuer.

  2. Le , alzorglub a dit :

    Prix trop élevé, c’est ce que je disais dès le début ! (en plus du problème des drm)
    Quand un ebook est vendu quasi au même prix qu’en version physique, on a clairement l’impression de se faire arnaquer !
    Et la mauvaise excuse de la tva, c’est juste du foutage de gueule.
    Le pire dans tout ça c’est que les auteurs ne sont pas mieux payés, pendant que les éditeurs se goinfrent.

  3. Le , claude arquin a dit :

    Tout à fait d’accord avec ces trois idées Nicolas!!! Alors on baisse, baisse, baisse les prix….mais les éditeurs font la sourde oreille et ne veulent pas tuer la poule aux œufs d’or comme d’ailleurs les constructeurs de liseuses qui ont souvent un format propriétaire; cela me rappelle la guerre des lecteurs cassettes VHS et autres formats Betamax…je crois qu’une amélioration n’est pas proche hélas et le piratage a un bel avenir sans bénéficier aux auteurs.

  4. Le , Jacquemot Christian a dit :

    Bonjour,
    Je suis encore hésitant à passer au numérique, je trouve effectivement le prix des ebooks encore trop élevé. De plus on ne trouve vraiment pas tous les auteurs, par exemple Craig Johnson ebooks en anglais pas en Français, et j’en passe.
    Cela ne m’empêchera pas d’acheter une liseuses à la rentrée mais pour des ebooks du domaine public. Il est dommage aussi que les poches ne soient pas publiés en numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *