Les liseuses et les ebooks peinent à convaincre les français

Opinion Way vient de présenter les résultats de son deuxième consacré à la lecture numérique en France.

Parmi le panel de personnes interrogées dans le cadre de ce sondage, 78% indiquent ne pas envisager passer à la lecture numérique. Ce chiffre est encore loin de ce qu’on peut qualifier de succès.

Pourtant, il y a 6 mois près la portion des personnes qui ne voulaient pas passer à la lecture numérique était de 90%. Il s’agit donc d’un chiffre décevant mais en pleine progression.

Par contre, il y a des bonnes nouvelles dans cette étude. Ainsi, on apprend que les lecteurs de livres numériques lisent plus que les lecteurs de livres papiers. 65% des lecteurs sur liseuses indiquent avoir lu au moins un livre dans le mois contre 45% pour les lecteurs papier.

Autre chose : les lecteurs d’ebooks disent acheter toujours des livres papiers. Il semble donc que la liseuse numérique arrive à séduire les (très) gros lecteurs en priorité.

Une mauvais nouvelle quand même : 17% des utilisateurs d’ebooks indiquent avoir déjà téléchargé des livres piratés.

Au niveau du support : la tablette tactile (type Kindle Fire ou iPad) semble être ce que souhaite privilégier les consommateurs. Voici les outils de lecture numériques préférés des français (le questionnaire était à choix multiple) :

  • Tablette tactile : 88%
  • Liseuses : 72%
  • Ordinateur : 43%

Une précision : l’enquête a été menée entre le 31 août et le 14 septembre, auprès d’un premier échantillon de 1.994 personnes, représentatif de la population française, âgé de 15 ans et plus, et d’un second échantillon de 542 utilisateurs de livres numériques.

Source : Les numériques

2 réflexions au sujet de « Les liseuses et les ebooks peinent à convaincre les français »

  1. Le , jerome a dit :

    Le téléchargement de livre piraté n’est pas une mauvaise nouvelle bien au contraire. Si les utilisateurs cherchent à pirater c’est qu’ils ne trouvent pas ce qu’ils veulent car les éditeurs ne font aucun effort dans ce sens. Donc continuons à pirater pour que les éditeurs comprennent qu’il y a là une forte demande et un marché à saisir.

    Prenons l’exemple de Bragelonne qui se fait pirater leur livre au format epub et pourtant vende d’avantage et même un peu mieux de livres papiers.

    • Le , Nicolas a dit :

      Je ne serais pas aussi catégorie que vous, mais je suis d’accord pour dire que le piratage révèle un problème tant au niveau du prix que de la distribution des oeuvres numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *