DRM Kindle, Kobo, Adobe, CARE et Readium : la grande mascarade

point sur les drm des ebooksAprès avoir repoussé régulièrement l’écriture de ce texte, il est devenu urgent de clarifier certaines choses sur les verrous numériques que sont les DRM…

Si je prends un peu plus de temps que d’habitude pour écrire un article du blog, c’est parce qu’on ne manque pas de m’interpeller sur la question du DRM.

Je reçois des messages sur les réseaux sociaux ou par email et on commente de plus en plus les articles du site ; parfois sur des sujets qui n’ont rien à voir.

J’ai cru naïvement que la situation était claire pour tout le monde : non, certains pensent qu’il y a encore des DRM gentils et des DRM méchants.

Le grand lobby anti Amazon

Je suis victime d’une certaine forme de pression rigolote menée par une sorte de groupe qui a décidé de s’en prendre à Amazon.

logo amazonOn ne me parle pas des conditions de travail des salariés, du progrès social, d’écologie mais uniquement des verrous numériques liés au format des ebooks Kindle.

Je ne sais pas s’il existe un lobby et je pense qu’il n’existe que chez nos députés qui profite du pouvoir qu’ils ont pour voter toujours plus de lois.

Mais certains vouent une haine à Amazon. Et, j’ai beau expliquer mes préférences (j’en ai, et elles vont à une célèbre marque française) et pointer les nombreux lieux où on trouve mes mises en garde contre le format Kindle (guide d’achat, liste des tests de liseuses, etc.), rien n’y fait.

Dès que j’annonce un nouveau produit Amazon, on m’envoie un message désagréable, dès que je relaye une promotion, je reçois un message déplaisant, etc.

Je pose la question qui fâche : pour qui travaillent ses gens ? Je connais la réponse pour certains qui ne se cachent pas très bien. Cela fait partie du jeu.  Mais, je pense qu’une grande partie d’entre eux est sincère… Et, c’est assez malheureux.

Toujours est-il que ces pressions ne fonctionnent pas : je ne travaille pour personne sinon pour moi-même. Et, dans la mesure où j’éprouve de plus en plus de difficulté pour tester des liseuses, je pense que ça veut dire que je fais un travail indépendant ! Quand un blog publie le test d’une liseuse sortie il y a 12h, demandez-vous comment il fait…

Voici donc un point sur tous les verrous numériques et les formats de fichiers. Histoire d’ouvrir (et de refermer ?) le débat une bonne fois pour toute.

Les verrous et le DRM Amazon

Lorsque vous achetez un ebook depuis votre liseuse Kindle, celui-ci est directement transféré sur votre liseuse en quelques secondes et vous pouvez commencer à la lire.

kindle paperwhitePour permettre cette expérience utilisateur, votre liseuse doit être connectée à votre compte Amazon.

Le format des livres numériques Kindle est aussi particulier : il est incompatible avec les autres formats et son utilisation sur une autre liseuse n’est pas facile.

Pour transférer un ebook Kindle vers une autre liseuse, il faut récupérer le fichier (en branchant la liseuse sur un PC via un câble USB) et pirater ce fichier pour ensuite le convertir dans un autre format…

Ce n’est pas simple et c’est un vrai problème.

Pour que les utilisateurs de liseuses Kindle restent dans l’éco-système Amazon, des efforts importants ont été fait pour rendre accessible des outils de lecture sur de nombreuses plate-forme :

  • liseuse Kindle
  • tablette Kindle
  • PC
  • Mac
  • smartphone et tablette Android
  • iPhone et iPad

Il me semble clair, que même si vous décidez de changer de crémerie (passer chez Kobo ou Tea par exemple), vos anciens ebooks Kindle seront toujours accessibles d’une manière ou d’une autre et simplement si vous décidez de les relire.

De même, la liseuse Kindle est compatible avec de nombreux formats. Vous pouvez simplement envoyer un email contenant l’ebook à l’adresse email de votre Kindle (et oui chaque compte Kindle possède sa propre adresse email) pour qu’il soit ajouté à votre bibliothèque (si si c’est expliqué dans le mode d’emploi et c’est très pratique) ! Malheureusement, il faudra passer par un convertisseur externe pour les Epubs (comme Calibre qui fonctionne très bien).

Amazon converti automatiquement l’ebook dans un format compatible avec votre Kindle.

Le DRM et le format d’ebook Amazon Kindle est l’un des pire. Mais, vous allez voir qu’on trouve vraiment quelque chose d’horrible chez la concurrence…

Les verrous et le DRM d’Apple

Alors voici l’œil du cyclone : lorsque vous achetez un ebook depuis l’application iBooks de votre iPhone ou de votre iPad, vous êtes condamné à le lire sur un produit Apple.

L'iPad et son application de lecture des ebooksAlors qu’Amazon propose une alternative à son propre matériel (vous avez un Mac ? Installez l’application Kindle et le tour est joué ! Idem si vous avez un smartphone Android), Apple verrouille non seulement le fichier ebook, mais aussi le matériel sur lequel vous pouvez lire le livre !

Donc acheter un ebook sur iBooks risque de vous coûter très cher à l’avenir : il vous faudra peut-être acheter un iPad pour le relire si vous décidez de vous débarraser de vos produits Apple.

Personnellement, lorsque j’ai démarrer Liseuses.net j’étais en immersion dans l’univers Apple. J’ai décidé il y a deux ans environ de tout plaquer ! J’aime toujours la marque et son esprit, mais je me sentais trop prisonnier de leurs produits.

Qu’est-il arrivé aux livres que j’ai acheté sur iBooks ? Et bien rien, je n’ai jamais ressenti le besoin de les relire et, même si je ne peux plus y accéder, cela me coutera bien moins cher de racheter l’ebook plutôt que d’acheter un iPad, Mac ou iPhone !

A noter que si la majorité des ebooks sont verrouillés, certains ne le sont pas ! Par contre, c’est un peu la loterie et vous pouvez être certain que le dernier bestseller sera protégé contre la copie.

Et chez Kobo ?

Kobo utilise a peu de chose près le même fonctionnement qu’Amazon. On peut installer l’application de lecture Kobo sur de nombreux supports pour bénéficier de ses livres autre part que sur sa liseuse.

kobo aura oneLes fichiers ebooks Kobo sont basés sur un format plus ou moins ouvert mais protégé par un verrou numérique (DRM maison ainsi que Adobe Digital Edition pour certains PDF).

Donc, vos fichiers peuvent être protégés par le système Adobe Digital Edition (ADE). Un système américain et opaque qui verrouille le livre numérique. Mais, ils peuvent être aussi verrouillés par le système de Kobo…

Le fait que Kobo dépende d’un tiers pour assurer la sécurité de ces fichiers peut être problématique. En effet, le contrat qui le lie à ADE peut changer à tout moment.

Ils l’expliquent eux même :

Certains livres de la librairie Kobo peuvent être au format PDF, ils nécessitent alors ADE pour charger les fichiers PDF sur votre liseuse.

si vous utilisez une liseuse Kobo ou des applications de lecture Kobo, vous n’aurez peut être jamais besoin d’utiliser ADE. Les applications de lecture et les liseuses Kobo peuvent télécharger et ouvrir automatiquement la plupart des livres à partir de la librairie Kobo.

 

Adobe peut aussi changer son format de DRM sans en informer ses partenaires ou les lecteurs. C’est déjà arrivé et j’ai constaté un proche qui a du se faire rembourser son livre !

Kobo ne maîtrise donc pas sa solution DRM. L’avantage c’est que ce choix permet théoriquement de réutiliser les ebooks Kobo pour les lire sur une autre liseuse. Cette liseuse doit être compatible avec le DRM d’Adobe.

Inversement, si j’ai un ebook protégé par ADE acheté chez un libraire en ligne, celui-ci devrait être lu chez ma liseuse Kobo.

Dans les faits, il peut y avoir des problèmes… En effet, on se retrouve client de Adobe et non plus de Kobo ou du libraire. Si un problème survient sur un ebook Adobe, ni Kobo ni le libraire n’est capable de dépanner le lecteur.

Celui-ci se retrouve confronté au support d’Adobe qui demande invariablement d’installer ADE sur son PC et d’y entrer ses informations de connexion.

Quand cette étape échoue (et cela arrive !) on est coincé si on ne maîtrise pas le système d’autorisation des liseuses et des ordinateurs pour Adobe !

Le système est clairement trop compliqué pour l’utilisateur moyen qui souhaite seulement pouvoir lire les livres qu’il a acheté légalement chez son libraire en ligne !

Adobe Digital Edition

adobe digital editionC’est nul et fonctionne très mal. J’en ai parlé au sujet de Kobo, pas besoin d’en dire plus.

CARE de Tea et Readium : la grande inconnue

Récemment CARE a été lancé comme alternative simple à ces systèmes. C’est Tea, un sympathique petite boîte française, qui a développé ce système qui propose d’être simplement interropérable avec les différents matériels.

Test de la liseuse Tea Touch Lux 3Pour le moment, les liseuses gérées par Tea sont compatibles.

L’objectif est, qu’à terme, lorsque vous achetez un ebook équipé de CARE, vous puissiez le lire sur vos liseuses à condition qu’elles soient compatibles aussi CARE. Vous n’aurez donc pas à entrer vos identifiants à la lecture d’un ebook et autres joyeusetés qu’on trouve chez Adobe…

L’ironie de ce système c’est qu’en pratique, il s’agit d’une sorte de copie du système anti-piratage mis en place par Amazon – pour sa simplicité. Ce que propose CARE en supplément c’est une compatibilité avec d’autres liseuses.

Le problème – qui peut être temporaire – que je vois avec CARE c’est qu’il est basé sur un système appelé Readium.

Or, Sony vient de lancer un autre système de DRM appelé Marlin basé lui aussi sur Readium mais dont la compatibilité avec CARE n’est pas encore clairement établie…

CARE est un DRM intéressant et encore un peu jeune. S’il tient ses promesses et s’il est adopté par le plus grand nombre, il devrait résoudre nombre de problèmes constaté ailleurs.

Il faudra donc suivre avec attention le développement de cette technologie prometteuse.

Le DRM c’est le mal

Avant de poursuivre ce texte, je souhaite rappeler une chose : le DRM c’est nul. Cela ne protège pas les éditeurs qui peine à vendre leurs livres numériques vu que beaucoup de gens déconseillent les achats en ligne en raison des problèmes techniques rencontrés.

drm ebookLe DRM c’est mal car on devrait pouvoir simplement lire les livres qu’on a acheté. Imaginez si je devait appeler un numéro de téléphone avant de pouvoir ouvrir un livre papier pour que l’éditeur vérifie mon identité ?

Et bien c’est exactement ce qu’il se passe pour les livres électroniques.

Dans la suite de cet article, vous allez voir comment, en faisant les bon choix vous pouvez vivre en espérant arriver à lire vos livres protégé par un DRM dans 50 ans !

Faites sauter les protections

Si vous achetez un ebook protégé par un DRM, vous pouvez faire sauter la protection si vous n’arriver pas à le lire.

C’est encore une opération pas évidente à effectuer mais un ami ou quelqu’un de la famille qui a quelques connaissances en informatique pourra peut-être vous aider dans cette tâche.

> Comment supprimer un DRM d’un ebook ?

Le DRM n’est pas une fatalité et il est possible de le faire sauter !

Choisissez votre libraire numérique avec attention

Là, je sens que je ne vais pas me faire des amis !

Librairie Thornwillow dans l'hôtel St. Regis à New York

Librairie Thornwillow dans l’hôtel St. Regis à New York

Mais, j’ose quand même : un libraire numérique qui a une totale maîtrise de son système de protection DRM aura plus de chance de fournir un service de qualité dans les années à venir.

Je veux donc parler d’Amazon et d’Apple. Là encore, j’ai fuit Apple car leurs options de lecture numérique ne me convenaient plus (obliger d’avoir un matériel Apple pour lire un livre !!!).

Mais Amazon propose une facilité d’achat et de lecture des ebooks inégalée. C’est un fait, pas une idée, une conviction ou une idéologie.

Pour avoir testé de nombreuses liseuses et recevoir chaque semaine des emails de témoignage, je peux affirmer que l’eco-système Kindle a été pensé pour l’utilisateur et qu’en ce sens c’est une réussite. C’est pourquoi plus de la moitié des ebooks que j’achète vont sur mon compte Kindle (ce qui me permet d’accéder à ses livres sur mon smartphone, ma tablette et ma vieille liseuse Kindle).

Mais, bien sûr, vous devez comprendre que vous devez utiliser un logiciel Kindle pour lire votre livre par la suite. Si vous voulez lire les livres Kindle sur une autre liseuse, je vous invite à lire le chapitre précédent « Faites sauter les protections« .

C’est un choix que je fais et ce choix est personnel. Libre à vous de faire votre choix à partir des informations de cet article.

Je pense que Kobo et Tea arrivent vraiment pas loin derrière Amazon.

Kobo a le net désavantage d’utiliser encore le DRM Adobe. Ils dépendent donc d’Adobe qui peut imposer un changement qui rendrait obsolète toutes les liseuses en circulation et c’est un vrai problème.

Ce n’est pas de la spéculation, ils ont déjà essayé par le passé et il existe des ebooks déjà incompatibles avec à peu près tout ce qui existe !

Kobo a par contre le matériel le plus intéressant. La Kobo Aura One (j’espère toujours faire un test complet un jour) est sublime malgré un prix assez élevé.

> Kobo Aura One chez Fnac.com

Du côté de Tea ou Bookeen, je pense que le matériel est un peu en retrait de même que l’interface utilisateur qui reste moins intuitive que celle de la concurrence.

Tea propose le système de protection DRM le plus prometteur sur le papier : CARE. S’il s’impose, il réglera une grande partie des soucis rencontrés avec les autres DRM.

Voici les raisons pour lesquelles les liseuses Kobo et Kindle ont les meilleures notes sur Liseuses.net – et pourquoi Tea, Pocketbook ou Bookeen sont un peu à la trâine en ce moment.

DRM : vous devez passer par là

cléJ’ai longtemps pensé que la fin des DRM était proche. Mais, force est de constater, que ce n’est pas encore d’actualité.

Les efforts politiques sont une perte de temps et seuls les consommateurs que nous sommes peuvent lutter.

Voici ce qu’il faudrait faire : refuser d’acheter les livres avec DRM. Acheter les ebooks auprès de libraires qui ne proposent que des ebooks dans un format ouvert (epub) et sans verrou numérique.

Mais, j’ai choisi d’arrêter la lutte pour profiter de la lecture. Si je veux lire le dernier Stephen King je l’achète depuis ma liseuse et je lis. Oui, il est protégé par un DRM, mais je peux vivre avec maintenant que j’ai compris comment cela fonctionne.

Et, si un jour Amazon ou Kobo décide d’arrêter la vente d’ebooks, je n’ai pas trop de soucis à me faire…

Qu’est-ce qui se passe si Amazon ou Kobo arrête la lecture numérique ?

On me pose souvent cette question : est-ce que Amazon sera là dans 5, 10 ou 50 ans ? Idem pour Apple ou Kobo…

logo KoboJe ne peux pas répondre à cette question, mais je peux vous dire ce qui va se passer pour votre bibliothèque de livres : rien.

On commence à trouver plusieurs exemples de libraires numériques qui ont fermé boutique. Dans tous les cas, les comptes clients et leurs livres  ont été transférés vers un autre libraire. Dernièrement, c’est même Kobo qui semble récupérer le plus de clients !

Je ne m’inquiète pas pour cela donc, on retrouvera toujours ses livres mais chez un autre distributeur. Et, au pire, je pourrai récupérer les fichiers et supprimer les verrous numériques pour profiter de mes livres librement.

Formats de fichiers et DRM : cette grande mascarade idéologique

Oui, cette histoire de DRM et de format d’ebooks est une grande mascarade.

logo epub livre numériqueA quoi bon avoir un format ouvert comme l’epub s’il est pourri par le DRM d’Adobe ?

A quoi bon avoir le meilleur format ebook (permettant même des animations) si je dois acheter un appareil avec une pomme dessus pour le lire ?

A quoi bon me galérer avec une synchronisation à différents services d’Adobe si je perds 20 minutes pour lire un livre sur ma liseuse (qui sera de toute façon pourri par un DRM) alors que cela prend moins de 4 secondes chez la concurrence qui a un format fermé ?

Le problème avec les formats de fichiers et les DRM c’est qu’on est tombé dans l’idéologie pure.

S’il fallait bien que quelqu’un écrive un texte de 3000 mots sur le sujet cela ne pouvait être que moi. J’ai défendu suffisamment longtemps la lecture numérique pour comprendre qu’on se moquait de nous avec des affirmations sans arguments.

Il ne faudra pas acheter de Kindle à cause du format de fichier ? D’accord, mais s’il faut en passer par le système malsain d’Adobe non merci !

Et Kobo ? Ah oui leur format est tout beau mais on peut tomber sur un PDF tout cadenassé par Adobe aussi ! Est-ce que ça vous fait rêver ? Les gens qui travaillent pour Kobo et Adobe passent régulièrement sur le site, donc je sais que oui ;)

Bizarrement, les fans d’Apple ne se manifeste que rarement. Est-ce parce qu’ils ont plus la tête sur les épaules que les autres ? Sans doute, mais ils sont aussi bien conscients des failles du système de lecture numérique de la pomme.

Je ne pense pas qu’il y a une bonne solution qui conviendra à tout le monde. Il faut faire un choix et ce choix doit être dicté par des faits.

Or, dans les faits, il ne me semble pas y avoir une solution évidente de lecture numérique qui soit meilleure que les autres.

Mais, comme je suis humain, je peux me tromper. J’invite donc mes lecteurs à laisser leur avis sur la question. Vous pouvez aussi m’envoyer un email que je publierai avec votre accord.

Si vous bossez pour Kobo, Adobe, Apple, Bookeen, Tea ou Amazon et que vous souhaitez apporter un complément d’information vous êtes aussi les bienvenues.

Il faut qu’on en finisse une bonne fois pour toute avec ces discussions stériles sur les formats de fichiers et les DRM.

Voici le mot de la fin : faites vous plaisir et achetez le liseuse qui vous plait et acheter des livres. Lisez, c’est encore le plus important.


Mise à jour du 10/10/2016 à 11h20 : remarque de Cédric via Twitter qui ajoute une mention particulière pour expliquer plus clairement que Kobo possède aussi son propre DRM en plus de Adobe Digital Edition. Deux DRM chez Kobo donc.

15 réflexions au sujet de « DRM Kindle, Kobo, Adobe, CARE et Readium : la grande mascarade »

  1. Le , claude arquin a dit :

    Merci Nicolas pour cet article clair et qui permet aux néophytes de comprendre les enjeux de la lecture numérique et aussi l’obsession dec certains détracteurs de marque autre que française. Ta principale qualité en tant que rédacteur de ce blog est ton impartialité, contrairement à d’autres qui ne prennent même pas la peine de parler ou tester telle marque de liseuse car d’office, ils l’écartent de leur choix par pure idéologie sans respecter les lecteurs. Donc bravo à toi, et si ton blog fait réagir c’est que tu dis des choses qui gênent ceux qui voudraient choisir pour nous. Continue de nous informer avec cet esprit ouvert ,moi j’y trouve comme beaucoup mon compte.

    • Le , Nicolas a dit :

      Merci pour ce message d’encouragement.
      J’essaie surtout d’y voir clair dans ce milieu trouble qu’est la lecture numérique. On sent bien que le marché est loin d’être mature et c’est ce qui le rend si intéressant.

  2. Le , pastil a dit :

    Bonjour
    Bravo et merci !
    C’est très exactement ce que je pense
    Je suis fan des liseuses « Amazon » elle sont les plus abouties, je possède une voyage 3G/wifi, une Paperwhite dernières générations wifi c’est un régal ! Cette cabale contre Amazon n’a pas de raison d’être
    Et je parle en connaissance de cause étant aussi possesseur d’une Tea, d’une Kobo Glo HD et d’une Bookeen (ces trois dernières étant des cadeaux)
    Je viens aussi du monde Appel et je m’en suis éloigné pour les mêmes raisons que vous, en ce qui concerne les DRM ça ne me dérange pas.
    J’ai pour principe d’effectuer des sauvegardes de mes fichiers (sur disque dur externe sur clé USB et dans les nuages pour ne pas être en reste), je sauvegarde le fichier original celui ou j’ai enlevé le DRM et un dernier que j’ai convertit en EPub, de cette manière quoi qu’il advienne je suis tranquille.
    J’agis de la sorte sans aucune pensée frauduleuse.

    • Le , Nicolas a dit :

      Merci à vous pour ce message qui contient un témoignage différent de ce qu’on trouve généralement sur Internet.

      Je ne parle jamais des versions 3G des Kindle qui sont fantastiques : télécharger un ebook en toute simplicité sur le quai d’un train, dans le bus, etc.
      On comprend vraiment ce qu’essaie de faire Amazon avec ce produit : simplifier le plus possible l’usage de la lecture électronique pour les lecteurs.

      Alors bien évidemment, il y a un DRM vraiment chiant. Mais, comme je pense l’avoir démontré avec l’article, il n’y a pas qu’Amazon qui nous ennuie avec un format propriétaire.

  3. Le , LordPhoenix a dit :

    Personnellement j’ai réglé le problème des DRM de la manière la plus simple qui soit : Je boycotte. Je n’ai que des epub sans drm sur ma liseuse (bookeen) je n’achète que des epub sans drm uniquement sur des sites ou la mention de la présence des drm est claire et explicite. je n’achète pas de livre directement depuis ma liseuse (boutique cultura) pour cette même raison. De plus je suis sous Linux dont dans l’impossibilité d’utiliser ADE.

    Si je ne trouve pas le livre que je cherche dans ces conditions, je ne me pose pas la question, je pirate. J’en suis désolé pour les auteurs mais c’est pour moi la solution la plus simple. Certes ça m’oblige à passer par le PC pour acheter mes livres mais globalement je trouve ça bien plus simple de parcourir le catalogue d’une boutique en ligne via son site web sur mon écran 22″ que sur les 6″ de ma liseuse. Hormis quand tu sais à l’avance quel livre tu veux bien sur mais j’avoue que c’est rarement le cas en ce qui me concerne.

    • Le , Nicolas a dit :

      Témoinage intéressant !!!

      Est-ce que vous pourriez m’envoyer un email à contact@liseuses.net avec les sites que vous fréquentez pour trouvez les ebooks et le modèle de liseuse.
      Cela ferait un excellent article sur le site sur un lecteur qui a décidé d’avoir aucun DRM (et montrer que c’est possible).
      Si vous souhaitez parlez du piratage, on peut garder le tout anonyme. Vote témoignage prouve que les DRM sont néfastes et font perdre de l’argent aux éditeurs et aux auteurs !
      Merci beaucoup.

  4. Le , Thierry a dit :

    Je ne fais pas partie d’un quelconque groupuscule anti-GAFA, mais je suis un utilisateur responsable. Quand je lis ça :
    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2012/09/26/mp3-ebooks-verifie-ils-ne-vous-appartiennent-pas-235508
    Je ne peux pas créditer la promotion des produits de ces sociétés. L’article date de 2012 mais cela m’étonnerait que les conditions aient changées.
    Je pense donc qu’il faudrait que vous indiquiez ces conditions d’utilisation dans vos tests pour informer vos lecteurs, cela leur permettrait de choisir en connaissance de cause.

    • Le , Nicolas a dit :

      Non. Avez vous bien lu l’article ?

      Le but de ce blog n’est pas de réécrire la code civil à chaque fois que je parle de piratage ou d’expliquer point par point toutes les conditions des services dont je parle et encore moins d’écouter les conseils de groupes pro ou anti GAFA.

      Je teste des liseuses (quand je peux) pas des conditions générales d’utilisation.
      Vous pourriez peut-être le faire de votre côté puisque vous avez le temps pour cela ?

  5. Le , Laurent a dit :

    Sans rentrer dans les considérations de bien et de mal dans les DRM, une correction sur Tea, CARE, Sony, Readium : Readium (le logiciel) est un « moteur de lecture » EPUB 3 en open-source. Readium (la fondation) va bientôt éditer une DRM non-propriétaire, qui recherche l’interopérabilité entre vendeurs (libraires, applications de lecture) et la facilité d’emploi, est est destinée en particulier aux bibliothèques de prêt numérique (prêt = date de début et de fin). Cette DRM s’appelle Readium LCP, et le moteur de lecture Readium pourra lire les livres protégés par LCP. CARE, de Tea, est le précurseur de LCP, et Tea va adopter ce dernier. Quant à Sony DADC, ils sortent une autre DRM, de type Marlin, qui peut aussi être intégrée dans le moteur de lecture Readium (donc une appli de lecture pourra être bi-DRM). Ok c’est compliqué tout ça.

    • Le , Nicolas a dit :

      Merci Laurent,
      Oui j’ai mis un lien vers l’article sur CARE pour ceux que ça intéresse.

      Néanmoins, étant informaticien, je ne vois rien dans les specificationss de la solution DRM actuelle de Readium qui garanti la compatibilité avec les solutions déjà existantes (CARE et Marlin) qui reposent sur une implémentation fermée.
      Je fais fausse route ?

      • Le , Laurent a dit :

        Comme je le disais, Tea CARE est une version beta de Readium LCP et Tea va l’adapter à la marge pour que cette solution devienne 100% conforme à Readium LCP. Donc l’interopérabilité sera garantie. Par contre, la DRM Sony/Marlin ne sera pas compatible avec Readium LCP. Mais les utilisateurs de logiciels de lecture bi-DRM (comme Bookari de Mantano) ouvriront les deux types d’ebooks EPUB protégés sans problème, ce qui leur évitera de se prendre la tête.
        Quant à Amazon, il est vrai que la solution est confortable. Ce serait cool s’ils développaient un outil EPUB->Mobi qui transcode les droits d’utilisation contenus dans l’ebook original, en particulier si la DRM est Readium LCP (comme c’est une DRM non propriétaire, ce serait possible). Une sorte de Calibre légal.

  6. Le , Elenou a dit :

    Bonjour. J’ai acheté en juin 2016 une Kobo Glo HD avec la ferme intention d’acheter autant de livres numériques que papier, c’est-à-dire des centaines. Hélas, après un premier achat sur Kobo : j’ai constaté (et ce n’est absolument pas explicite) que le fichier a des DRM et SURTOUT qu’il n’est que VIRTUEL. RIEN sur mon PC ! Fait confirmé par Kobo… Quelqu’un peut-il m’aider à « récupérer » mon fichier ? Une chose est certaine : je n’achèterai plus aucun livre dans ces conditions… Quel gâchis.. Ces DRM incitent tout simplement à… Bref…

    • Le , Elenou a dit :

      J’ajoute que je vais tout simplement lâcher ma liseuse et revenir au papier…

      • Le , Nightingale a dit :

        Bonjour,

        Si tu as acheté un livre sur le site de Kobo, tu peux le récupérer en effectuant les manipulations suivantes, une fois que tu es sur ton compte et uniquement sur le site internet kobo.com :

        1. Clique sur Mon Compte
        2. Va dans Ma bibliothèque
        3. Une fois celle-ci devant tes yeux, dirige toi sur le livre que tu désires et clique sur les trois petits points.
        4. Clique sur Exporter le fichier
        5. Une fenêtre apparaît pour te demander si tu veux vraiment télécharger ton livre sur l’ordinateur, tu cliques de nouveau sur Exporter le fichier.
        6. Et voilà ! Ton livre est sur ton ordinateur ! Il te suffit d’aller dans ton dossier où tu télécharges habituellement tous tes autres fichiers pour le prendre et en faire ce que tu veux.

        Maintenant on passe à la Fnac, normalement tous tes achats fait sur ce site vont directement sur le site de Kobo (et accessoirement tu les trouveras dans ton application et liseuse). Mais sait-on jamais, cela peut servir (une maintenance du site de Kobo par exemple et que tu veuilles absolument ton ebook de suite) :

        1. Connecte-toi sur ton compte Fnac
        2. Clique sur le nom de ton compte, un menu va apparaître
        3. Clique sur Mes commandes
        4. Va sur la commande où tu as acheté l’ebook qui t’intéresse, maintenant deux solutions se proposent à toi :

        4.a ) Tu cliques sur Télécharger tous mes ebooks pour aller sur une page où tu pourras télécharger ce que tu désires, ou
        4.b ) Tu cliques sur la couverture du livre que tu souhaites installer sur ton ordinateur, et tu verras à droite un gros bouton bleu Télécharger.

        5. Et voilà ton livre sur ton ordinateur ! Et on dit coucou aux deux verrous qu’on vient de remarquer. Oh my god, c’est pas possible.

        Bref, en espérant que ce petit tuto ne soit pas trop brouillon et puisse t’aider.

        Je vous souhaite à tous de passer une excellente année 2017 !

  7. Le , Fred a dit :

    Bonjour.

    Je réagis tardivement (je lis plus d’ebooks que de blogs sur les ebooks…). En tant qu’utilisateur expert de produits Apple, je trouve votre analyse sur les livres numériques au format Apple parfaitement pertinente. J’ai commencé par lire des ebooks sur iPad, avant de me tourner vers une liseuse (puis de nombreuses liseuses depuis, étant donné la fragilité de ces dernières) Kobo, pour des raisons de qualité de lecture.
    Soyons francs: l’interface de lecture d’un iPad est sans commune mesure avec celle d’une liseuse (essayez de lire une note de bas de page sur Kobo et vous comprendrez votre douleur). Le côté multimédia possible est très intéressant pour des livres scolaires, par exemple. Et l’emprisonnement complet dans l’écosystème à la pomme le disqualifie immédiatement. Ne pouvoir s’affranchir d’un iPad, lourd, surtout tenu à bout de bras dans un lit, est une calamité.

    Si je suis sur Kobo, c’est parce que les liseuses sont étanches, point important pour moi, malgré le fait qu’aucune n’a encore survécu à plus d’une année d’utilisation et que la garantie n’entre que rarement en matière. La souplesse de la coque de la H2O ainsi que son fond asymétrique, augmentent les contraintes mécaniques brisant très très facilement l’écran…
    Le problème semble résolu avec la One, ma dernière liseuse, qui regroupe enfin toutes les fonctions que j’attendais… y compris ADE.

    Ne nous y trompons pas: ADE est une calamité. Mais une fois la fastidieuse mise en place terminée, cela fonctionne relativement simplement. Surtout, cela permet l’accès gratuit à de très nombreux ebooks en prêts mis à dispositions par différentes bibliothèques. Or, ce prêt d’ebooks, comme une bibliothèque nous prêterait un livre conventionnel, est une fonction très intéressante, qui permet de lire sans bourse délier et sans s’abaisser au piratage. Et l’accès à ces bibliothèques numériques est bien le seul avantage de liseuses compatibles ADE sur une Kindle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *