Apple pourrait préparer son futur sans miser sur l’iPad

ipad-air-2On sait que les ventes d’iPad ne font que diminuer depuis quelques mois. Apple pourrait préparer son avenir en laissant de côté l’iPad, du moins sous sa forme actuelle.

Ainsi, il faut remonter un peu plus tôt dans l’année pour apercevoir une première tendance : les tablettes tactiles ne font plus vraiment recette. Certes, les ventes sont toujours en progression, mais la croissance faiblit et – forcément – avec l’arrivée incessante de nouveaux produits la concurrence est rude.

L’iPad : toujours des ventes en baisse

Il y a quelques mois, j’avais créé ce graphique qui explique bien le phénomène :

evolutions-ventes-ipadComme toujours, cette période de fin d’année sera propice à de bonnes ventes pour la marque à la Pomme. Mais, comme on peut le voir ci-dessus, ce sera plus difficile pour le premier trimestre 2015.

D’après une analyse récente du cabinet KGI, les ventes devraient même s’effondrer. Avec moins de 10 millions d’unités vendues au premier trimestre 2015 (source) :

iPad-baisse-ventes-en-2015-On notera que le tableau compare un peu n’importe quoi puisqu’on prend les chiffres prévisionnels de Noël pour les comparer à ceux du printemps… Enfin bref, si on compare avec les 13,2 millions d’iPad vendus au T1 2014, cela fait quand même une belle baisse.

L’après iPad

Il semble donc que les renouvellement annuels de matériel ne suffisent plus à maintenir les ventes de la branche iPad. Il faut dire que la récente présentation a frappé les esprits par un réel manque d’innovation.

D’ailleurs, la branche ordinateurs (iMac, Mac Mini, Mac Book, Mac Book Air et Mac Book Pro) rapporte maintenant plus d’argent à Apple que la branche tablette (iPad, iPad Mini).

Il ne faut pas oublier que de plus en plus d’écoles américaines suppriment les iPad (pour les remplacer par des PC portable plus classique ou des Chromebooks). (source)

Là encore, l’iPad peine à convaincre les milieux éducatifs. On sent donc que l’iPad fini par se voir cantonné au public des particuliers.

Apple se doit donc de réfléchir à « l’après iPad« . Ou, au moins, proposer quelque chose de suffisamment intéressant pour pousser les gens à racheter un iPad ou à conquérir de nouveaux marchés.

Les analystes pensent donc qu’Apple s’intéresse de très près au milieu professionnel. Un iPad Pro (et conçu pour ce milieu) permettrait à Apple de renouer avec la croissance sur le secteur des tablettes.

Il me semble clair qu’un redesign de l’iPad et une plus grande diagonale ne combleront pas nécessairement les lacunes de la machine actuelle : il est trop difficile de produire du contenu et de créer des choses avec l’iPad (sauf si in est un artiste, mais la cible est limitée).

De plus, ajouter un clavier ajouterait à la confusion par rapport aux Macbook Air. L’équation est donc difficile pour Apple.

Et si Apple laissait simplement mourir l’iPad ?

Et si l’histoire de l’iPod, du Mac Mini et de l’iPod Touch se répétait pour l’iPad.

Bien sûr, je ne parle pas de 2015, mais peut être de 2017 ou 2019. L’iPod n’existe presque plus et ne représente plus grand chose dans les comptes d’Apple. Le Mac Mini est mis à jour tous les 2 ou 3 ans sans grande conviction et l’iPod Touch est une version diminuée de l’iPhone, là aussi avec une génération de retard.

Tout ceci fait sens .L’iPad est finalement une version diminuée d’un Macbook Air. Et, il suffirait à Apple d’autoriser l’exécution des applications iPad sur Mac et de faire une version d’un Macbook Air avec un clavier détachable pour que les professionnels soient heureux. Tout ceci est techniquement facilement faisable pour Apple.

De plus, et cette information est importante, Apple oriente de plus en plus ses produits vers une utilisation sportive et/ou médicale.

La récente annonce de la montre connectée Apple Watch (même si on parle parfois d’un tarif à plus de $4000 !) va dans ce sens.

Si Apple persiste a orienter ses produits mobiles dans ce sens, je ne vois pas comment l’iPad peut y trouver sa place…

Des raisons d’espérer

Mais, il y a des raisons de penser que l’iPad peut se rétablir.

D’une part, si les ventes diminuent, elles restent très bonnes. Le produit est aussi très apprécié : la plupart des possesseurs de cette tablette ne changeraient pour rien au monde !

L’iPad est aussi un produit phare de la marque Apple. Apple ne peut pas le délaisser sans avoir trouvé un nouveau produit phare qui viendra compléter sa gamme. Or, pour le moment, il ne me semble pas que la montre connectée puisse avoir ce statut (les ados ne veulent pas d’une montre Apple !).

Mais vous, vous en pensez quoi ? Il serait intéressant d’avoir votre avis en commentaire à cet article.

7 réflexions au sujet de « Apple pourrait préparer son futur sans miser sur l’iPad »

  1. Le , claude arquin a dit :

    Je crois que le problème n’est pas que pour l’Ipad mais pour toutes les tablettes, concurrencées par les smartphones et les phablettes, plus légers et aussi performants. De plus, le prix souvent plus élevé des smartphones n’est pas un frein dès l’instant où il baisse beaucoup avec la prise d’un forfait. Chez les jeunes ados, la tablette est trop lourde et volumineuse pour leur utilisation régulière alors qu’un smartphone est très pratique. On risque d’assister à une mutation des envies et comme le consommateur est bien le seul et dernier à décider, il est difficile de prévoir et anticiper ses futurs besoins. Mais je ne me fais pas de souci pour les concepteurs de chez Apple qui sauront rebondir s’il faut et trouver une nouvelle « pomme » juteuse à caser…..

    • Le , Nicolas a dit :

      Oui vous avez raison ! Chez Samsung on s’inquiète aussi car ils ont en plus un autre problème : leurs smartphones ne se vendent plus aussi bien qu’avant (au moins on a pas ce problème chez Apple).

      L’avenir nous dira si la tablette est condamnée ou non. Mais je pense qu’elle a encore de beaux jours devant elle, comme la liseuse ;-)

      • Le , dedalus a dit :

        Cette information extraite de votre article : « Il ne faut pas oublier que de plus en plus d’écoles américaines suppriment les iPad (pour les remplacer par des PC portable plus classique ou des Chromebooks). » montre une fois de plus, s’il était nécessaire, que le personnel politique en France a toujours un train de retard et n’a pas souvent la compétence pour faire les bons choix d’investissement avec l’argent des impôts.

  2. Le , Alain a dit :

    OSEF ! il y que les ringards qui restent chez Apple.

  3. Le , basilicumplus a dit :

    les créatifs de la tablette e-pad ne veulent pas faire d’effort d’adaptation.
    Par exemple il n’est pas possible d’écrirefacilement comme si on prenait des notes sur iPad avec un stylet,on ne peut y mettre unr carte memoire,il n’y a pas de connectique avec plusieurs prises USBet au moins une prise micro, ce qui permettrait par exemple de faire du web streaming facilement comme avec ustream.où tout simplement de se servir de l’iPad comme un magnétophone.
    Le montage vidéo lui aussi serait beaucoup plus intéressant si Apple se donnait la peine de développer le logiciel iMovie et la qualité de la caméra numérique.
    je pense que l’iPad un immense potentiel sans risquer de devenir un ordinateur portable, le problème c’est qu’on a affaire à une société psychorigide toujours à la recherche de » formes zen et d’objet facile à utiliser  » et qui ne veut pas évoluer de peur de bafouer ses principes fondamentaux .
    Elle veut tellement rendre ses clients captifs selon le bon vieux principe business américain qu’elle finit par les perdre…
    Imaginez que Apple developpe le stylet et comme Samsung mettre plusieurs prises USB sur l’iPad,une carte mémoireet une deux prises micro,vous imaginez le monde nouveau d’utilisations que vous mettez à disposition de cette tablette,même si elle devait être un peu plus épaisse.

    • Le , claudearquin a dit :

      Tout à fait d’accord avec vous, c’est pourquoi j’ai choisi Samsung et ne regrette pas mon achat de la Galaxy note 10.1 ; Apple reste un milieu trop fermé et pas assez évolutif à mon goût.

  4. Le , dedalus a dit :

    Ce serait aussi un crève-cœur pour Tim Cook, PdG de Apple de devoir se renier !…
    Morceaux choisis :
    « Je n’ai pas encore pu jouer avec Surface, mais ce que nous lisons à son propos est qu’il s’agit d’un produit confus. Je pense que l’une des choses les plus difficiles à faire lorsque vous décidez de créer un produit est de faire des arbitrages et c’est ce que nous avons vraiment fait avec l’iPad. »
    Notez bien qu’il emploie le terme « jouer ». De plus, Tim Cook ne conçoit pas un arbitrage en faveur d’une solution qui dépasse les clivages. Il gagnerait à réfléchir « pensée parallèle ».
    « Je suppose que vous pourriez construire une voiture qui vole et qui flotte, mais je ne pense pas qu’elle ferait toutes ces choses correctement. »
    L’exemple donné est caricatural et insulte l’avenir. On a connu plus visionnaire à la tête de Apple… Le moteur hybride de Toyota est un exemple d’arbitrage en faveur d’une solution qui dépasse notamment le tout électrique de Renault ou le tout diesel de PSA.
    « Je pense que les gens, lorsqu’ils comparent l’iPad à d’autres offres concurrentes, en arrivent à la conclusion qu’ils veulent un iPad. »
    Les faits démontrent progressivement le contraire.
    Enfin, même M. Claude en pince pour Surface (il l’a écrit sur ce site) !!!
    Pour ma part, Surface avec le processeur Broadwell (2015) ou Skylake (2015-2016) de Intel avec le clavier mécanique, un écran mat et des mémoires moins chères, vaudrait l’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *