Test de la liseuse Energy eReader PRO

energy-sistemVoici un test de la liseuse Energy eReader PRO de la marque Energy Sistem.

Ce test a été réalisé par Christophe, un lecteur de liseuses.net.

Je souhaite donc le remercier pour cette contribution d’excellente qualité qui ne manquera pas de vous intéresser !


Pourquoi ce choix ?

Je voulais tester une liseuse sous Android, cela fait plus de 5 ans que j’ai des Kobo, Bookeen, Nook, Amazon ou Cybook, et même si j’en suis assez satisfait dans l’ensemble, aucune ne dispose des interfaces proposées par les lecteurs alternatifs sous Android comme Moon+ Reader Pro, Mantano ou bien d’autres encore.

Autre avantage de cette solution : on peut normalement bidouiller assez facilement.

Je précise enfin que ce petit test n’a rien d’exhaustif, et qu’il me reste encore beaucoup de choses à essayer: les applis de BD, de PDFs, la lecture de fichiers musicaux, etc.

Commandée sur le site d’Energy, elle a mis une semaine à arriver d’Espagne. Un peu long quand on est pressé.

Présentation

La taille de la liseuse est de 6 pouces, elle intègre Android 4.2 et possède un écran tactile e-Ink Pearl HD (non Carta donc) d’une résolution de 738×1024, ce qui nous fait du 212 pixels par pouce. Une lumière est intégrée, dont on peut heureusement faire varier l’intensité.

La mémoire interne s’élève à 8Go, extensible via une carte au format micro SD/SDHC jusqu’à 64 Go.

Le Wifi est bien entendu de la partie afin par exemple de mettre le dispositif à jour ou bien de transférer ses livres à partir d’un cloud quelconque.

Dans les entrailles de la bête, on trouve un processeur ARM Cortex A9 tournant à 1.0 Ghz et 512 Mo de RAM (un peu chiche quand même).

Enfin, comme particularités originales, on notera des boutons de navigation (6 en tout), ainsi qu’une sortie audio, ce qui est plutôt sympa.

Le revêtement semble en caoutchouc noir, qui laisse vraiment bien les empruntes de doigts.

Elle est assez légère: 220g, sa forme est vraiment peu recherchée. Elle n’est pas très mince (160 x 122 x 10 mm), on est loin des standards actuels chez les grandes marques comme Kobo ou Amazon de ce côté là.

Le packaging

energy-sistem

La boite en elle-même est plutôt originale de part sa forme et son ouverture encastrable, les couleurs sont vives et assez sympa. A noter quand même une poudre blanche un peu partout dans la boite et qui sâli vraiment tout. Qu’est-ce: talque ou cocaïne ?

Le contenu quant à lui est des plus classiques, il comprend:

  • la liseuse
  • un câble de recharge au format micro USB, avec un petit velcro pour le ranger correctement;
  • un manuel très succinct (et en Espagnol);
  • une carte microSD (indétectable sur tous mes appareils) avec le logo Energy dessus, aucune indication concernant sa possible capacité.
  • une « chiffonnette », toujours avec le logo.

On regrettera donc l’absence de chargeur proprement dit, mais celui d’un smartphone à ce format fera l’affaire en attendant.

energy-sistem-2L’interface Energy

La liseuse tournant sous Android 4.2, le « launcher » utilisé est propre à la marque et se nomme simplement Energy launcher.

Le voici en action, à côté d’un Bic pour en apprécier les proportions:

energy-sistem-3

Vous ne pourrez voir son nom qu’en installant un laucher alternatif d’ailleurs. Sa page d’accueil est sobre, voire minimaliste.

Au programme:

  • les lectures récentes (de l’application de lecture d’Energy seulement);
  • 4 pochettes de livres de la bibliothèque;
  • 5 icones: Livres, Fichiers, Applications, Paramètres et Navigateur.

energy-system-4

Android

Quiconque a utilisé Android (>4) se sentira tout de suite à l’aise sur cet appareil. Par contre, le launcher Energy launcher est vraiment trop rudimentaire.

L’application Paramètres est par exemple complètement revue et corrigée, on n’aura aucun renseignement sur la batterie par exemple.

Au menu : Wifi (recherche et on/off), Gestion des utilisateurs, Gestion des comptes, Stockage, Applications, Langue, Date et heure, Sauvegarder et réinitialiser, Energy Updates et A propos : c’est tout!

Il y a bien un indicateur de batterie dans la barre de navigation en bas, mais celle-ci ne donne pas le pourcentage. Il faudra déplier le menu pour y voir la valeur recherchée.

Parlons maintenant des applications. Je n’ai plus la liste de celles qui sont fournies officiellement, mais elles sont peu nombreuses, et surtout certaines sont tout simplement cachées!

La plus importante étant le Play Store, qui est pourtant bien présent, mais qu’on ne verra qu’une fois un launcher alternatif installé. J’ai choisi Nova car je le connais bien. Une fois sous Nova, dans « Applications », on voit cette fois apparaitre le Play Store comme par magie. Étrange quand même…

Pas de problème ensuite pour installer mes applications sur le Play Store. Une fois son compte Google renseigné, j’ai pu à nouveau télécharger les applications que j’avais achetées comme Moon+, ComicRack ou encore ezPDF.

Note: j’ai installé Nova par un .apk que j’ai glissé dans un répertoire personnel puis j’ai utilisé le gestionnaire de fichiers initial (mais je conseille fortement d’en installer un plus puissant).

En veille, on a toujours le même fond d’écran avec le logo type cœur de chez Energy. Je préfère avoir la couverture du livre en cours, mais cela doit être fait à la main en glissant une image dans un répertoire spécifique à la racine de l’appareil (trouvé sur Mobile Read, mais je ne retrouve plus la référence).

C’est plaisant, mais pas encore au top puisqu’il n’y a rien de dynamique là-dedans: changez de livre et vous aurez toujours la même couverture que l’ancien. De même, il n’y a aucune indication de votre progression de lecture en cours sur l’écran de veille.

L’appli de lecture d’Energy Reader

energy-sistem-5

Le lecteur fait son travail et est plutôt bon dans l’ensemble, mais ses fonctionnalités restent vraiment très basiques. On a tout de même le choix des polices (et on peut en ajouter du moment qu’elles soient au format .ttf et placées dans un répertoire « Fonts » à la racine de l’appareil), des marges, la table des matières et le dictionnaire.

La zone de renseignements tout en bas est trop limitée: une barre de progression, point barre.

Aucun phénomène de « ghosting » sur ce lecteur, tout est réglable dans « Paramètres/Gestion des utilisateurs ». La valeur par défaut est à 1, ce qui signifie que le lecteur va se rafraichir toutes les pages.

J’ai quand même déploré l’absence totale de statistiques de lecture ou même de gestion fine des polices comme sur les Kobo (imbattables sur le sujet).

Oubliez bien sûr les fonctionnalités comme la liste des personnages ou des lieux contenus dans le roman en cours (comme sur les Kindle avec X-Ray, ça c’est vraiment innovant et pratique. Vous ne savez plus qui est qui dans un roman comme Game Of Thrones ?

On souligne son nom, et l’interface vous ouvre une fenêtre vous montrant tous les extraits ou le personnage est cité dans le livre, et un résumé du personnage en question.).

Je vais avoir du mal à vous décrire proprement ce logiciel vu que mon but était principalement d’utiliser Moon+ Reader Pro.

Installation de Moon+ Reader Pro

energy-sistem-6

Comme dit précédemment, elle s’est faite via Google Play Store. J’ai placé mes livres au format .epub sur ma carte microSD, et renseigné le chemin au lecteur qui les as importés sans souci.

Il m’a ensuite fallu régler le lecteur pour mes goûts personnels en important mes polices (Amasis et Roboto en particulier), puis régler le dictionnaire via l’application ColorDict.

J‘apprécie particulièrement la barre d’infos du lecteur, on a ainsi le temps de lecture restant dans le chapitre et le nombre de pages correspondant, le nombre de pages du livre et la position, l’heure, le niveau de batterie et les infos sur le livre si l’on touche du doigt l’icone de la batterie.

Tout fonctionne à merveille, on peut naviguer avec les boutons de volumes haut et bas (à gauche aussi) ou bien en touchant l’écran, mais on peut toutefois regretter certains points:

  • le phénomène de « ghosting », non présent sur le lecteur de base, est ici bien réel puisque l’actualisation ne se fait pas à toutes les pages. C’est peu gênant en pratique, mais cela arrive. Dans ce cas, le bouton en haut à gauche (le rond) permet de rafraichir l’écran si besoin.
  • le fait d’avoir un écran e-Ink ralentit certains procédés qui sont assez sympas sur une tablette comme les animations de changement de page, etc.
  • toujours à cause de cette technologie e-Ink (donc noir et blanc avec des nuances), certains menus apparaissent en blanc sur blanc, ou bien les mots surlignés deviennent invisibles lorsqu’on les cherche au dictionnaire. Il faut s’y habituer, et c’est un peu dommage.
  • si on navigue à la main dans le livre, l’interface fera toujours apparaitre le menu tout en bas, si bien qu’on perd en surface de lecture. Si on navigue avec les boutons de volume, l’interface se met alors en plain écran. Pas très cohérent tout ça…Notez qu’Android gère bien les applis en plein écran qu’à partir de sa version 4.4. J’attends une amélioration sur ce point dans une future mise à jour du « firmware » (micrologiciel dans la liseuse).

Le « ghosting » en action :

energy-sistem-7

Plus de « ghosting » en appuyant sur le bouton correspondant :

energy-sistem-8Le détail du livre en cours sous Moon+ Reader Pro :

energy-sistem-9L’utilisation de ColorDict sous Moon+ Reader Pro :

energy-sistem-10

Autonomie et lumière

Voilà un point sur lequel je ne m’étais pas encore penché et qui m’effrayais beaucoup avant l’achat.

Les liseuses sous Android consomment souvent beaucoup, et il n’est pas rare de voir les utilisateurs se plaindre d’une autonomie de 3 ou 4 jours maxi.

J’ai choisi celle-ci en particulier car j’avais lu des commentaires positifs sur le sujet, et je ne suis pas déçu. Rechargée à 100% le lundi, wifi éteint, et en lisant 30 à 45 min/jour, j’étais toujours à 100% le jeudi soir. Les choses se sont un peu gâtées le lendemain avec 94%, puis 86% en fin de semaine.

Mais il faudra peut-être prendre le temps de faire quelques cycles avant que tout ceci ne devienne plus régulier.

Concernant la lumière, voici une série de 3 clichés correspondants respectivement à des niveaux de 10,50 et 100% de luminosité. Notez que celle-ci est réglable via la barre de navigation, ou mieux, sous Moon+ en glissant son doigt le long du bord gauche de l’écran.

A intensité proche du minimum 10% : remarquez le petit halo lumineux à gauche.

energy-sistem-11A intensité moyenne 50% :

energy-sistem-12A intensité maximale 100% :

energy-sistem-13

Conclusion

Que dire concernant cet essai ?

Et bien que j’en suis satisfait, pour 119€ (+10€ de port), on a une liseuse sous Android réactive et assez endurante.

Même si certains points restent encore à peaufiner, comme la qualité de l’écran ou celui de la lumière, l’ensemble reste réactif et assez convivial. Il faudra aimer bidouiller un peu pour arriver à ses fins.

Les plus:

  • Android 4.2,
  • on peut customiser sa liseuse,
  • possibilité d’installer ses propres applications,
  • le rapport qualité/prix,
  • l’autonomie,
  • les boutons (moi je les apprécie, je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde)

Les moins:

  • le design : elle pourrait être beaucoup plus fine,
  • l’écran un cran au dessous des eInk Carta,
  • la lumière perfectible (petit phénomène de halo). Peu gênant cependant.
  • le rafraichissement qui ne se fait pas toujours automatiquement sur des applications installées via le Play Store.
  • certaines applications qui utilisent des couleurs peu adaptées à ce type de technologie.

Pour aller plus loin :

Voici quelques liens pour ce type de liseuses. Ne vous lancez pas sans savoir ce que vous faites! Je ne suis en aucun cas responsable de vos actes.

3 réflexions au sujet de « Test de la liseuse Energy eReader PRO »

  1. Le , claude arquin a dit :

    Très bon test, complet et bien argumenté , qui permet de se faire une idée d’une liseuse sortant un peu des « classiques » et qui semble faire le bonheur de son utilisateur. Un peu dommage qu’il faille « rajouter » un autre lecteur pour avoir de meilleures possibilités car ce n’est pas à la portée d’un débutant. Merci Christophe…

  2. Le , Kevina a dit :

    Merci pour le test a quand un vrai test de la kindle et de l’odyssée ? Bonne nuit

  3. Le , easyzzz a dit :

    Tiens! la Boyue T62! la version OEM produite par le chinois Boyue, à qui on doit la Boyue T61, plus connue sous le nom de Icarus Illumina HD E653

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *