TEA vers une belle interopérabilité des ebooks

livreTEA (The Ebook Alternative) travaille sur le DRM Care qui vise, plus tard, à une interopérabilité des livres numériques entre les différents libraires.

L’interopérabilité des fichiers ebooks c’est un peu l’arlésienne : on en parle souvent mais on la voit rarement. A ce sujet, j’ai écrit il y a déjà quelques semaines un article sur le sujet des DRM.

L’interopérabilité

drm ebookMalgré le soutient des gouvernements et de l’Europe, les acteurs ont bien du mal à accorder leur violon. Ainsi, les différentes librairies françaises peuvent adopter des formats de fichiers protégés par un DRM qui se révèleront incompatibles avec une autre liseuse plus tard. Bref, c’est la pagaille.

Le paradoxe est pourtant là : on souhaite contrer le géant Amazon qui a imposé sa vision du livre électronique et son format propriétaire incompatible avec les autres liseuses que les Kindle. On peut dire plus ou moins la même chose d’Apple et, dans une moindre mesure de Kobo…

Or, le seul acteur qui a su avancer sur cette grande question est TEA. Issu d’un groupement de différents acteurs (Decitre, Cultura entre autres), TEA a fait un pas de géant en travaillant sur la solution de DRM Care (voir ici).

Ce DRM propose quelque chose de nouveau : il est basé sur une norme spécifiée par un consortium (Readium).

A terme, il sera possible pour d’autres acteurs du livre d’implémenter un nouveau DRM, basé aussi sur cette même norme, et de rendre compatible les fichiers ebooks avec d’autres liseuses qui elles aussi utiliseront cette norme.

Pour le client final (le lecteur), peu importe chez quel libraire il se fournira, il aura l’assurance de pouvoir lire son livre sur son matériel !

Un premier pas en ce sens vient d’être fait avec le logiciel Tea Time qui permet de gérer ses différents comptes chez les libraires électroniques.

De même, Tea commercialise aussi des liseuses équipées avec ses logiciels : les liseuses Tea.

Déjà trop tard ?

Kindle UnlimitedMais il pourrait se passer encore plusieurs années avant que tout cela se mette en place et qu’un DRM pour livre électronique vraiment interopérable soit adopté par le plus grand nombre…

Or, avec le développement des offres de lecture illimitée comme celle d’Amazon, n’est-il pas déjà trop tard ?

Est-ce que les acteurs du livre et de l’édition en France ne ferait pas mieux de travailler sur une plateforme efficace qui viendrait concurrencer Amazon sur ce créneau tout en maintenant un contrôle sur la rémunération des éditeurs et des auteurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *